Aller au contenu

ce soir, 18h30, rencontre à la librairie des machines à Nantes

  • par

Éric Pessan, Quentin Faucompré et moi sommes invités à la librairie des machines ce soir à 18h30 pour débattre, parler, discuter. Le tout est animé par Charlotte Desmousseaux. Après ça, je crois que quelques boissons sont prévues. N’hésitez pas à venir !

Un petit mot d’un livre que je suis en train de lire : Ôtez les masques, d’Eric Pessan. C’est un essai qui part du Shining de Stephen King pour parler travail, d’un parcours d’écrivain (et de sa position), d’alcool, des fantômes. C’est superbement écrit et fin, intelligemment violent, on n’en décolle pas (je préviens : Eric Pessan est un ami). Pour tous ceux qui s’intéressent à la création, il faut lire ce livre.

Sortie de la bd L’attentat, dessinée par Glen Chapron, un camarade de l’atelier La baie noire à Nantes. Chez Glénat. Je ne l’ai pas encore lu, j’en reparle d’ici peu.

Déjeuner avec Marie Nimier, de passage à Nantes. Elle sort un nouveau roman en janvier. On était au Café Grimault (l’équivalent gastronomique d’une librairie de quartier tenue par des gens passionnés et une cuisinière très douée), puis passage chez Bossard pour un dessert mangé sur le bord de l’Erdre. Évidemment nous avons parlé travail, ainsi que du machisme ambiant dans le monde des lettres, de la violence symbolique, de couvertures de livres aussi. On ne s’était pas vu depuis un petit moment. Et : Thomas B. Reverdy est rentré du Japon, on a passé du temps ensemble la semaine dernière. Son prochain roman aura pour cadre ce pays. J’ai hâte de lire ces livres à venir. C’est une belle époque pour le roman. Les écrivains les plus intéressants, selon moi, ne sont pas ceux dont on parle le plus, ça serait trop simple. Mais bon dieu il y a des sacrés livres écrits par des gens dont l’élégance morale et amicale n’est pas sans lien avec l’élégance et l’inventivité artistisque. Quand la séparation de l’oeuvre et de la vie est devenu un pont aux ânes, et le prétexte pour se conduire comme une petite crapule arriviste, il y a encore des résistants. Et la résistance est douce, à peine visible, mais solide.

EN FR