Aller au contenu

cadeaux de Noël

  • par

Une discussion entre Alain Badiou et Alain Finkelkraut : .

« Qu’est-ce que c’est que le monde quand on l’expérimente à partir du deux et non pas de l’un ? Qu’est-ce que c’est que le monde, examiné, pratiqué et vécu à partir de la différence et non à partir de l’identité ? Je pense que l’amour, c’est cela. »  / « Disons que l’amour est une aventure obstinée. » / « La déclaration d’amour est le passage du hasard au destin. » / « Dans l’amour, la fidélité désigne cette longue victoire : le hasard de la rencontre vaincu jour après jour dans l’invention d’une durée, dans la naissance d’un monde. » Alain Badiou, Éloge de l’amour (entretiens avec Nicolas Truong, Flammarion).

Quelques liens : dedefensa / paul jorion / paul moreira / frédéric lordon / là-bas si j’y suis / the book design review / martin winckler / maître eolas / la galette de thé / liqueur de thé / émotions de thé / jardin de thé / teamasters / blackteapot

Isaac Bashevis Singer : (…) « D’ailleurs je parle toutes les langues avec un accent ». Philip Roth : « Pas le yiddish, tout de même ? » Isaac Bashevis Singer : « Eh si. Les Litvak disent que je le parle avec un accent ».

« Il n’y a pas de passé vers quoi il soit permis de porter ses regrets, il n’y a qu’une éternelle nouveauté qui se forme des éléments grandis du passé; et la vraie nostalgie doit être toujours créatrice, produire à tout indstant une nouveauté meilleure. »
Goethe, Entretiens avec le chancelier von Müller, 4 novembre 1823

« Quel fut le moyen de propagande le plus efficace de l’hitlérisme ? Etaient-ce les discours isolés de Hitler et de Goebbels, leurs déclarations à tel ou tel sujet, leurs propos haineux sur le judaïsme, sur le bolchevisme ? (…) Non, l’effet le plus puissant ne fut pas obtenu par des discours isolés, ni par des articles ou des tracts, ni par des affiches ou des drapeaux (…). Le nazisme s’insinua dans la chair et le sang du grand nombre à travers des expressions isolées, des tournures, des formes syntaxiques qui s’imposaient à des millions d’exemplaire et qui furent adoptées de façon mécanique et inconsciente ». Victor Klemperer, LTI (« la langue du troisième reich » est le sous-titre de la traduction française ; « Notizbuch eines Philologen » celui de l’édition originale). C’est un livre que l’on trouve en poche et il n’y a pas de meilleur cadeau de Noël. Il faut défendre la langue (pas la défense bête de ceux qui se battent pour conserver un accent circonflexe sur tel mot), défendre les mots contre l’usage qui en fait par ceux qui installent peu à peu dans les consciences la barbarie à venir.

Stendhal : « Article 23 : Dix fois par an, le privilégié pourra être transporté au lieu où il voudra, à raison d’une heure par soixante lieues ; pendant le transport il dormira ». (Les privilèges, avril 1840)

EN FR