Aller au contenu

comic strip

  • par

Comic-strip, page&clément
Voilà donc une première planche de présentation du comic-strip que je fais avec Clément (on peut cliquer sur l’image pour l’agrandir). Les trois personnages (les héros) principaux sont sur la gauche, les deux sur la droite sont des personnages secondaires. Le comic-strip est une histoire en trois/quatre cases généralement. Cela peut être deux. De temps en temps, une « aventure » prend toute une page (les fameuses pages du dimanche). Les maîtres (disons, nos références) dans le domaine sont Schutz, Quino et Bill Watterson. Il n’y a pas d’histoire au long cours, un univers se crée peu à peu, au fil des semaines, des mois, des années. De nouveaux personnages arrivent et se mêlent aux anciens. On est plus proche des haïkus que de la bd classique. Aux maîtres déjà cités, il faudrait rendre hommage à Basho.
Hier je me suis trouvé embarqué dans un version courte et parisienne de After Hours de Scorcese. Cela a commencé quand j’ai raté la lecture d’un ami, S., dans une librairie. Je suis retourné à mon atelier pour travailler. Une heure plus tard, cet ami m’appelle pour me proposer de le rejoindre à une expo. Je m’y rends. Je ne trouve pas l’entrée. Trois punks m’interpellent et me disent de les suivre. Leur ivresse m’a laissé pensé que je pouvais leur faire confiance. Une fois à l’intérieur de la galerie, je constate que c’est un squat. L’immeuble est entièrement squatté par des artistes. Je tombe sur un homme qui lance des couteaux contre un panneau en bois décoré (une peinture?). C’est un happening. Il y a bien une expo (d’un artiste qui travaille surtout avec du scotch, et de ses amis invités, dont l’amie de S.). Les tableaux ne sont pas posés aux murs, mais pendent à des fils, sont cloués, attachés à des poteaux ou autres morceaux de bois. Dans le désordre, cela donne : un pianiste, des moustachus, des gens habillés bizarrement, des conversations dans toutes les langues, un artiste qui a simulé le viol d’une poupée gonflable (je suis arrivé après, on m’a raconté), une bibliothèque, des combles, un étage, des ateliers de peintres sans aération, pas de sorties de secours et aucun extincteur, une vitre cassée par une voisine, du Coca tiède, un mec (il ressemblait à Nosferatu, très grand avec du maquillage autour des yeux, mais avec des cheveux) qui vient de se faire un fix et qui nous prend la tête (« avec la coke tu travailles par moments, alors que l’héroïne t’es dans la durée », « parce que tu vois, il faut respirer », « je lis surtout des livres sur les mathématiques, la sociologie, ce genre de choses », « je sais que j’ai un problème d’addiction, j’attends que quelqu’un me sauve », « moi ça fait vingt ans que je m’occupe de ce lieu, il y a 28 000 personnes qui sont venues », enfin bon je vous en passe). J’ai vu le moment où il allait sortir une tronçonneuse et jongler avec. Je suis parti. Quelques personnes très sympas, les discussions se tenaient dans les différents ateliers (l’expo était dans les deux grandes pièces du rez-de-chaussée). C’était vraiment très étrange.
La saison s’y prête, je me mets aux thés verts (chinois). Il y en a de très bons à la Maison des Trois Thés (et également chez Thés de Chine -j’ai renoncé à me fournir ailleurs, ah si quand même Teamasters via internet), et ils sont abordables (aux alentours de 11 euros) : Bi Yun Tian, Gui Lin Yu Luo, Xian Xia Lan Cui. J’ai pris aussi un thé rouge (ce que l’on appelle thé noir usuellement), Dian Hong Mao Feng (pour 10 euros, une merveille ; je ne suis pas fan des thés rouge mais de temps en temps c’est agréable). J’ai acheté deux oolongs pour la consommation courante (peu chers donc, 16 et 14 euros) : le Shui Xian 1 (le genre de thé que l’on apprécie si l’on aime les vieux alcools, son goût fort le rend très accessible) et le Mi Lan Xiang 1 (un dan cong, aux notes d’agrumes).

EN FR