Aller au contenu

pour se réchauffer

  • par

Collection irraisonnée de préfaces à des livres fétiches, 2009, éditions Intervalles
Si j’aime Paris, j’aime davantage encore une autre ville qui s’y cache : « Paris tôt le dimanche matin ». Je suis sorti de chez moi vers 8h et je savais que cette journée me plairait. J’arrive à l’atelier et je trouve un email d’Armand (le directeur des éditions Intervalles). C’est la couverture dans sa version définitive. Je la transmets aux 42 écrivains participant à l’aventure. Les réactions sont enthousiastes. Je la trouve réussie, je la trouve belle, je peux le dire je n’y suis pour rien. Ce n’était pas évident. Nous voulions qu’elle soit à la fois claire, belle et informative. C’est important les belles couvertures. J’ai quitté une de mes maisons d’édition à cause, en partie, d’une histoire de couverture. Les 42 auteurs ont signé et renvoyé leur contrat. Tout va bien. Armand a peut-être trouvé un lieu pour la fête (que j’espère calme, très calme). Il compte organiser des soirées portes ouvertes dans les locaux des éditions Intervalles pour les auteurs. Thomas (Reverdy) et moi avons eu l’idée de cette aventure collective un soir de mai ou juin dernier. Nous voulions réunir des gens que nous aimions (parfois superficiellement, ce n’est pas un livre d’amis, même si certains auteurs sont des amis ; d’autres le sont devenus), dont nous aimions le travail ou la conversation, ou encore simplement la présence. Comme dit Thomas, nous ne sommes pas du sérail, alors cela nous plaisait (cela nous paraissait important) de faire ce livre avec ces auteurs un peu à la marge (je ne dis pas que tous les auteurs du livre le sont). Qu’avions-nous en tête ? J’essaye de me rappeler. Tout est parti de notre désir de faire quelque chose avec d’autres auteurs. Pour briser l’isolement. Pour lutter contre la solitude. Pour aller contre le temps qui passe et qui laisse tant de gens inconnus les uns des autres. Je parlais de temps en temps d’auteurs à Thomas, Thomas faisait de même. Alors peut-être que nous avons fait ce livre pour éviter de faire une grande fête. Oui, je crois que c’est ça : travailler est notre façon à nous de faire la fête. Cela peut sembler enfantin, mais nous avions besoin de chaleur et de douceur. Et puis le projet, résonnait particulièrement en nous : s’occuper de ceux qui ont disparu, ces livres dont on ne parle plus. C’était nécessaire. Le livre est terminé, l’aventure s’est bien passée (avec quelques petits cafouillages ; certains emails se perdent, s’oublient, atterrissent dans le dossier spam, des malentendus). Et tous les auteurs semblent enchantés. Non seulement nous avons découverts des auteurs que nous ne connaissions pas, des livres oubliés (pas tous), mais des écrivains qui n’avaient pas de liens, se sont parlés, ont découvert le travail de collègues, ont sympathisé. Ce dimanche fut une belle journée, mon travail a avancé, et j’ai vu Morse (un film Suédois), le meilleur film contemporain depuis longtemps. Ce soir : un pu-er vrac n°29 (1998) de la Maison des Trois Thés (je préfère le 28), je crois que mes lentilles sont prêtes (me préparer à manger ne me passionne pas, alors je fais au plus simple ; en dessert, des dattes, un yaourt à la vanille -une erreur), j’ai fait découvrir quelques chansons de Cartola et de Vinicius de Moraes à ma cousine. Delphine G. m’a demandé si je voulais qu’elle me rapporte quelque chose de New York (elle part avec son copain et son fils ; ce matin nous avons eu une grande discussion à propos de son passeport qui nous semblait peu biométrique), et je n’ai pas trouvé de choses que j’aimerais et que je ne trouverais pas à Paris. De New York, je crois que je voudrais New York, en fait.

EN FR